Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2014

CELA QUI VOIT

TADARTHAH EVA DRSYASYÂTMÂ          Yoga.Sûtra  21     Chapitre 2

L'existence de ce qui est appelé le Vu  existe seulement pour Cela qui voit .

 

« Ce qui connaît tout le reste, sans être soi-même connu, c'est le sujet. Le sujet est, par suite, le substratum du monde, la condition invariable, toujours sous-entendue, de tout phénomène, de tout objet ; car tout ce qui existe, existe seulement pour le sujet. Ce sujet, chacun le trouve en soi, en tant du moins qu'il connaît, non en tant qu'il est objet de connaissance. »    

A. SCHOPENHAUER                                                                                                                         

fetes des peres bis 348.jpgTRICHY: INDE du Sud  2006 . Scène de rue : "CELA qui voit".

 "CELA qui voit" en sanskrit DRASTU , ou Conscience , déjà trois mots pour définir l'Indéfinissable , point ultime du Sujet , cette peinture murale  en est un beau symbole , une belle tentative .

 "En premier symbolisme , l'oeil représente Dieu , en tant qu'il est Celui qui voit et Celui qui est , Celui qui fait voir . Il est l' Oeil de l'oeil disent les Upanishads ." R. Maisonneuve .

06/02/2014

Le YOGA / CONNAISSANCE PRATIQUE

          De tout temps et partout , l'être humain s'efforce de vivre et parfois de se comprendre . Le Yogi va lui aussi s'inscrire dans cette démarche  universelle . Pour cela il bénéficie d'une très longue tradition , celle réalisée par ses prédécesseurs , qui peu  à peu ont décrypté les processus de nos agissements . Les textes anciens  des VEDA , UPANISHAD , puis KARIKA , SUTRA sont autant de pistes pour nous aider à nous comprendre et donc à mieux vivre . Mais il nous faut bien voir que tous ces textes sont issus d'expérimentations pratiques , des modes d'emplois en quelque sorte , qui doivent à nouveau aider au "travail" sur soi , à réaliser notre Etre/Conscience naturelle ou Soi , synonyme  de Bonheur (ANANDA).

 Le YOGA reconnait l'importance de vue du Traité du SAMKHYA , notamment dans ses analyses du fonctionnement du mental . Les notes plus loin dans le blog feront place à ces investigations approfondies .

Le SAMKHYA postule l' existence d'une Nature en devenir perpétuel (PRAKRITI) et son opposé  une Conscience témoin sans changement (PURUSHA) . On peut trouver une similitude chez les "écoles contraires" grecques de PARMENIDE et HERACLITE . PARMENIDE et les Eléates prônaient l' Etre immuable sans naissance ni mort , alors que HERACLITE et quelques autres ne juraient que par un Devenir sans fin . Il faudra toute la sagesse de SOCRATE et de son disciple PLATON pour faire la synthèse des deux principes .

  Si les savants philosophes ne sont pas capables de faire la synthèse entre ces deux principes opposés que sont l' ETRE et le l' ACTION , que dire alors du commun des mortels ? Tout le principe de la pensée est  basé sur THESE et ANTITHESE, l'Univers galactique ou atomique est qualifié d' ATTRACTION / REPULSIVE ! L'atome est autant de charge positive que négative .

Le codificateur du YOGA , PATANJALI appelle cela  DVANDVA (paire d' opposés) . La première lettre du mot YOGA , le Y, commence en haut par deux branches ! Rien n'est plus opposé à l'inspiration que l'expiration . L'inspiration est active , l'expiration passive , la première nous mène au dedans , la seconde au dehors . L'inspire tonifie , l'expire détend . Le souffle est mouvement , le souffle s'arrête ...

  C'est pourtant ces opposés qui nous montrent ce qu'est la complémentarité parfaite des contraires . Là où les philosophes ne sont pas capables de se comprendre , le souffle contenant et contenu nous ouvre la porte de toutes les synthèses .

 La complémentarité de la connaissance et de la pratique, est magistralement évoquée dans l'épopée du MAHÂBHÂRATA , notamment dans le livre de la BHAGAVAD GÎTÂ :

 " Ce sont les gens puérils , non les savants , qui professent la séparation (absolue) de la discipline spéculative et de la discipline pratique ... Celui qui regarde comme ne faisant qu'une les disciplines spéculatives et pratiques, celui-là voit juste ."

Chant V (4, 5)

31/01/2014

L'ENERGIE SOUFFLE : AVANT TOUT RESPIRONS !

Numériser 24.jpeg

 

" Hommage au souffle ! Sous son contrôle est cet univers. Il est maître de toutes choses . Tout a en lui ses assises ...

Hommage à toi quand tu viens, hommage à toi quand tu t'en vas, hommage à toi quand tu es debout , hommage à toi enfin quand tu t'assieds ! ...

Cet hommage est pour le tout de toi ...

Dans le souffle est ce qui fut et ce qui sera . Dans le souffle toutes choses ont leurs assises ...

Celui qui régit ce monde avec toutes ces naissances, avec tous ces êtres doués de mouvement, le souffle infatigable , invigoré par la formule , puisse-t-il s'attacher à moi !

Il veille, debout, parmi ceux qui dorment, il ne tombe ni ne se place en travers. Nul n'a jamais  entendu dire qu'il se soit endormi parmi les dormeurs ... "

   ATHARVA VEDA XI, 4  extraits

 

Dans le RIG VEDA encore plus ancien , le souffle est assimilé à VÂYU le dieu du vent .

" Que le souffle de VÂYU nous apporte un médicament merveilleux et fortuné. Qu'il protège notre vie .

O VÂYU , tu es pour nous un père, un frère , un ami . Conserves notre existence .

O VÂYU dans ta demeure est placé un trésor d'immortalité . Donne le nous pour assurer notre vie ...

  RIG VEDA Hymne 44

" S'avançant sur les routes de l'espace jamais il ne se repose un seul jour. L'ami des Eaux, le premier né , le mainteneur de l'ordre , où donc prend-il naissance , d'où est-il venu ?

Souffle des Dieux , germe de l' univers , ce Dieu marche selon sa libre volonté .On entend sa rumeur , on ne voit pas sa forme . Rendons hommage au Vent par notre oblation ."

  RIG VEDA  Hymne 10 168

 

Dans ces Hymnes Védiques ( "...la plus ancienne des oeuvres littéraires de l'humanité. Ils sont antérieurs à la Bible et aux poèmes d'Homère ..." Encyclopédie QUILLET), sans doute vers le 15 siècle avant notre ère , on trouve également l'évocation des ascètes chevelus qui chevauchent les Vents !

"... Les ascètes ceinturés de Vent sont vêtus de brunes souillures . Dès que les Dieux ont pénétré en eux ils suivent l'essor du Vent .

"Enivrés par l'ascèse nous avons chevauché les Vents . Seuls nos corps sont visibles pour vous , ô mortels ..."

   RIG VEDA  Hymne 10 136

 

A la fin (anta) des VEDA  , nous trouvons les textes du VEDANTA ou UPANISHADS , tout aussi axés sur le souffle :

" On vit sans voix, car nous voyons des muets; on vit sans yeux, car nous voyons des aveugles ; on vit sans oreilles , car nous voyons des sourds; on vit sans esprit , car nous voyons des fous. On vit les bras coupés , on vit les jambes coupés , car nous en voyons qui sont ainsi .

Mais c'est le souffle , le Soi conscient qui , s'étant emparé de ce corps , le fait se dresser : ainsi doit-on l'assimiler à l' Uktha (récitation rituelle) . Voilà comment tout pénètre dans le souffle . Le souffle c'est la Conscience et la Conscience c'est le souffle . Car tous deux résident ensemble dans le corps et le quittent ensemble ."

 KAUSITAKI UPANISHAD

 

  Chez les philosophes grecs ioniens présocratiques , ANAXIMENE  de MILET (6ème siècle avant J-C) , avait fait de l'air , le principe de toutes choses . Son disciple DIOGENE d' APOLLONIE (5ème siècle avant J-C) , cité par SIMPLICIUS de l'Ecole d'Alexandrie , partageait cette thèse en ces termes :

" A mon avis, ce que les hommes appellent l'air est ce qui possède l'Intelligence; c'est lui qui gouverne tous les hommes et commande à toutes choses . En effet, à mon avis , l'air même est Dieu : il est partout , il dispose toutes choses et réside en chaque chose . Il n'est pas un seul être qui ne participe de lui ...

Et voici en outre des preuves décisives: les hommes en effet ainsi que les autres animaux vivent en respirant grâce à l'air . Et l'air est pour eux à la fois âme et intelligence... et pour peu qu'on leur ôte l'air , ils meurent et l'Intelligence les abandonne ... "

 

 

19/01/2014

LE SÂMKHYA / YOGA

Numériser 18.jpeg

 

 Le YOGA reconnait la pertinence de la vision du SÂMKHYA ( voir le blog plus bas : le Yoga , un des 6 Darshana orthodoxes indiens) , qui voit le monde : blanc , rouge et noir .

 Dans le traité du sage ÎSVARAKRISHNA : le SÂMKHYA-KÂRIKÂ , il est écrit :

12) "Les 3 attributs ont pour essence l'agréable , le désagréable , l'abattement ; pour but d' illuminer , d'activer , de limiter. Et ils se dominent , se soutiennent , s'engendrent , s'unissent , s'activent réciproquement ."

13) " SATTVA est léger et lumineux , RAJAS excitant et mobile et TAMAS est lourd et obscur . Comme une lampe leur action est dirigée vers un seul but ."

  Ces trois qualités appelées GUNAS constituent la PRAKRITI ou "Nature originelle" . Cette nature étant elle même "au service" du PURUSHA ou  Etre conscient , Monade interne . Un peu comme les trois mousquetaires sont au service de d' Artagnan !

 Au niveau de la pensée , Sattva correspond à la Buddhi , l'intelligence universelle , Rajas correspond à l'Ahamkara ou principe d'activation , d'individuation ou Ego Tamas correspond au Manas ou mental supra-sensoriel .

 

Numériser 20.jpeg

LES 3 GUNAS  du  MENTAL (PRAKRITI) et le PURUSHA ou CONSCIENCE .

 

  La principale finalité des Yogi(n) est de développer la qualité Sattvique  ,("blanche") permettant la réalisation , le retour au Purusha . Les 5 éléments constitutifs de l' univers et des êtres vivants , sont eux aussi " noirs , rouges et blancs" ( voir plus bas les 7 Chakra(s) . La terre et l'eau sont Tamasiques ("noirs") , le feu est Rajasique ("rouge') , et l'air et l'espace sont Sattviques ("blancs") . On comprend alors comment le Yogi qui revalorise la respiration ("Sattvique") , développe cette qualité essentielle dans  la pratique et dans l' Etre.

 Le Sâmkhya comme le Yoga admettent la présence du devenir : la PRAKRITI , et de son opposé complémentaire la Conscience : le PURUSHA . L'idée maîtresse étant que l'Etre conscient (le PURUSHA) ne doit plus s'identifier au devenir  de la PRAKRITI . C'est l'identification du PURUSHA au Devenir de l'existence  qui cause la souffrance .

 Yoga Sûtra  17  Chapitre 2 :

La cause de la souffrance  c'est la confusion entre Cela qui voit (PURUSHA) , et ce qui est appelé le Vu ( PRAKRITI) .

10/01/2014

LE YOGA

           Pour comprendre et pratiquer le Yoga , je suis obligé de parler à partir de  ma propre expérience et des témoignages des autres Yogi rencontrés dans la vie vécue ou dans leurs écrits .
    Le Yoga part toujours d'une réalisation personnelle confrontée à la rencontre avec un mode de vie insoupçonné au départ . Pour ma part , ce fut  au bout  d'une longue route depuis la FRANCE (1971) jusqu'en INDE, en traversant l'Europe, la Turquie , l'Iran , l'Afghanistan , le Pakistan , en train , bus , stop , comme cela se faisait dans ces années là . Au bout de ce long périple , se trouvait l'Ashram de Swami SIVANANDA , où j'ai résidé pratiquement une année . A la fois centre de Vedanta et de Yoga , dans la plus pure expression de la Tradition hindoue : celle de l'ordre des Sannyasin fondé par ÇANKARA au VIIIème siècle de notre ère .

 Qui plus est , je ne résiste pas à la tentation de citer la définition du YOGA par la célèbre encyclopédie QUILLET .

" Mot hindou désignant, soit une des six écoles orthodoxes issues des Upanishads , et de sa doctrine philosophique , soit, plus souvent , l'ensemble des pratiques et des exercices ascétiques par lesquels l'esprit se détache du monde extérieur et des phénomèmes psychomentaux en vue d'expérimenter l'union mystique ou , plus généralement , le dépassement  de la condition humaine et la fusion dans l' Âme universelle ( Brahman ) ."  ....

 EXPERIMENTER   : pour les Yogi(n) ,  tout savoir est inutile  s' il n'est pas mis en Pratique . Le Yoga est une "philosophie pratique" .

 " Un gramme de pratique vaut des tonnes de savoir ." Swami SIVANANDA

12:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)