Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2015

Narendra MISHRA en Concert au Centre de Yoga

        Pandit Narendra MISHRA de VARANASI (BENARES) , pour son troisième concert ici  nous a une fois de plus fait partager l'esprit de l ' INDE . De plus il est passé maître dans l'art de faire participer son audience , par le chant . P1050743.JPG

31/03/2015

Le YOGA plus célèbre que connu

 C'est une citation de l'indianiste Jean FILLIOZAT écrite en 1976 . Je pense que cela n'a pas beaucoup changé depuis!  Méditons sur la première lettre du mot Yoga , le Y .

          Y       Regardons bien le symbole .  Il (ou elle , la voyelle) représente en même temps  la dualité et l'unité . La dualité  ou mieux toutes les dualités de la Vie . Qui dit naissance , dit mort ! Toutes les dualités (dvandva , ou paire d'opposés) , le Sujet / l' Objet ,  "ça va , ça ne va pas " , lumière / ténèbres , les jours augmentent / les jours diminuent , masculin / féminin … Tout être humain peut ressentir cela  dans l' assertion  "Je me connais " .  Qui est ce Je et qui est ce me ?

Les anciens sages Védiques avaient vu la dualité de la Terre / PRITHIVI , face au Ciel / DYU , et un "milieu" Rodasi ou Antariksha , fait de l' union des deux , ou l'espace atmosphérique entre les deux . On peut dire que de ces 3 mondes sont issues toutes les dualités , symbolisées par la branche double  V .

Le premier "membre" (anga) du Yoga , nommé Yama , traite des capacités duelles du comportement humain : nuire / ne pas nuire , mentir /ne pas mentir , voler / ne pas voler , abuser/ ne pas abuser , amasser / ne pas amasser .

Mais toutes ces dualités cessent dans l' Unité de la branche unique   I .  

Nous devons d' abord admettre le principe de dualité ( l' école du VEDANTA moniste de SHANKARA ne le reconnait pas! ) . Une fois reconnues , les dualités peuvent être vues comme des complémentarités, permettant le "travail" sur soi . Le Yoga est un face à face avec soi-même . Une Conscience témoin (Purusha) , face au devenir de  la  Nature individuelle et universelle (Prakriti) . Cela reste toujours difficile même pour les philosophes , de faire la synthèse entre la thèse du Devenir de l' Existence  par exemple , et l' antithèse du Non-devenir de l'Etre/Conscience . ( Ecoles contraires grecques d'HERACLITE contre PARMENIDE .)

     C'est pour cela que les Yogis  (se méfiant des faiblesses du mental) , grâce à leurs pratiques ininterrompues  , tournant leurs regards vers l' intérieur ,   suivent  le Souffle , synthèse entre inspire et expire (dedans / dehors , effort / non-effort , mouvement/repos ...) . La pensée  agissante ( Ego) , est incapable , de réaliser la synthèse entre mouvement et repos , alors que le Souffle en est l 'incarnation parfaite . Pour certains Yogis le Souffle est le Brahman (ou DIEU) , pour d'autres  le Souffle est ce qui est  mène au Brahman .

 Toute "pratique" de Yoga authentique ainsi réconcilie faire et être.

 (à suivre)P1050562.JPG

 

10/11/2014

UN GRAMME DE PRATIQUE VAUT DES TONNES DE SAVOIR

  Le Yoga est essentiellement  pratique . Tout le monde connait la difficulté à "se poser", toutes affaires cessantes . Que ce soit affaires de survies ou affaires de plaisirs , le plus dur est de les laisser momentanément de côté , pour adopter une attitude corporelle , à la fois stable , dos droit , si possible assis(e) au sol, ou sur un tabouret . Se tenant dos droit , les ventilations du souffle peuvent retrouver leur bon fonctionnement naturel . Le souffle observé , est au centre du Yoga , car il est au centre de la vie .La partie agissante du mental , l'égo (ahamkara) , est calmé par le calme des ventilations . L' individu retrouve alors  l'intelligence (buddhi) avec le souffle , l' espace intérieur , reflet de l'  Etre omniprésent . 

    En fait il n'y a "pas de théorie" en Yoga , si ce n' est celle qui témoigne de la pratique , et nous y réinvite  ,  d'où l' adage de Swami SIVANANDA : "Un gramme de pratique vaut des tonnes de savoir ".

  Toute "pratique" de Yoga a pour but de nous permettre le retour à l' Être .

« Le Yoga  est plus célèbre que connu » * .

   Cette phrase du grand indianiste  Jean FILLIOZAT , m’ est toujours restée à l’esprit . C’est en 1971, à la fin  d’un long voyage par la route , jusqu’en Inde , que j’ai rencontré le Yoga . Ce fut le Yoga tel qu’il était enseigné dans un Ashram traditionnel , celui de Swami SIVANANDA à RISHIKESH .  Je suis resté en ce lieu ,  presqu’une année , pratiquant les différents aspects de cette discipline intégrale . Des Yogi remarquables comme Swami CHIDANANDA , Swami KRISHNANANDA et bien d’autres disciples  de Swami SIVANANDA , m’ ont montré la qualité humaine à laquelle , un être humain peut arriver .

    De retour en France , j’ai eu la chance de traduire les conférences sur le Yoga de Swami SIVANANDA-HRIDAYANDA , autre disciple direct de Swami SIVANANDA ,  pendant quatre années , dans le sud du pays . Une sorte d’Ashram à la française , fut même tenté  à Auriol , autour de celle que nous appelions Mataji . Nous organisions des stages de Yoga  , et  d’autres professeurs  , séjournaient  et dirigeaient également  des rencontres .  C’est à partir de ce moment que j’ai pu côtoyer différentes façons d’enseigner à l’  occidentale , et m’apercevoir , que cela différait vraiment de ce que j’avais vu et appris  en Inde . Evidemment  une  personne , à elle seule , ne peut facilement proposer les différentes  disciplines enseignées par  les multiples intervenant(e)s  de toute une communauté . Mais elle peut au moins évoquer , qu’il existent beaucoup de branches , à l’ arbre du Yoga .

   Or la plupart du temps celles et ceux qui enseignaient , se cantonnaient dans l’approche corporelle , sans plus . Cette branche du Yoga , passait pour être le Yoga , alors  que ce n’est qu’une branche appelée Hatha-Yoga . Limiter le Yoga  à cet aspect , fut toujours pour moi , très décevant par rapport , à ce que j’avais pu expérimenter à Rishikesh . Bien sûr , certains enseignants avaient une façon d’enseigner  l’approche corporelle , de façon plus intelligente que d’autres  . Mais , où étaient l’ étude des textes , les méditations chantées et silencieuses , le  service désintéressé vis à vis de ses semblables , le dialogue collectif et individuel , et surtout la découverte du Soi , ou Atman , la découverte  de l’  Etre ?

    Aujourd’hui  , plus de quarante ans après , je me demande parfois  si la situation est bien différente ...    

    J’ai eu la chance en 1976 , de rencontrer un personnage important dans le monde du Yoga  , TKV Desikachar   , lequel a accepté que je vienne étudier avec lui à Madras . Pendant  un an  pratiquement ,l ’approche du Yoga (en cours individuels) , fut méthodique concernant les mouvements et  postures , alors qu’elle était beaucoup plus instinctive  à l’ashram SIVANANDA  .  L’école (Mandiram) de  Madras , n’ existait pas encore , nous pratiquions dans la  maison familiale , où vivait les parents de Desikachar , dont son illustre père et maître T. KRISHNAMACHARYA .   En plus de la transmission d’une méthode yogique intelligente, l’ étude pratique du traité magistral des Yoga-Sûtra , fut une révélation dans l’ approfondissement de cette science humaine qu’ est le Yoga . Les aphorismes en sanscrit ,analysés   mot à mot , voulaient enfin dire quelque chose de réel , sur l’être et le monde .  Cette connaissance des Sûtra , se complétaient par leurs répétitions psalmodiées à haute voix , donc en phase totale avec la respiration et la posture méditative . Ainsi fusionnaient  théorie et pratique .    D’où  une « intelligence expérimentale »  des mots  et du langage , ouvrant sur une  vision claire du comportement humain ,  pour être le plus possible en « communion  pratique » avec la Réalité ...

   Lors de mon séjour à Sivananadashram , étonné par cette culture indienne, si différente de nos cultures occidentales, subjugué par tout ce que je découvrais sous le vocable Yoga , j’avais décidé alors de traduire patiemment , jour après jour, un livre de Swami Sivananda  Leçons pratiques de Yoga .  Le soixante-huitard mécréant de l’époque ,  était fasciné par tout ce savoir issu de la nuit des temps , cette science humaine,  vue et exposée par un ancien docteur généraliste , devenu un « Maître » spirituel reconnu .

   Ce savoir était relayé par la présence exceptionnelle des disciples cités plus haut , le président Swami  Chidananda  étant à son tour considéré comme un maître yogi , tout comme le secrétaire de l’époque Swami Krishnananda d’une intelligence remarquable . Comment  apprécier la musique si ce n’est grâce aux musiciens , il en va de même pour le Yoga  , qui demande à  être  incarné par des Yogi .

   En occident ,  on parle  de techniques ,  de fédérations , d’enseignants , mais où sont les Yogi ? Est-ce que le but du Yoga ,  est vraiment compris par nos esprits divisés , activistes  ( on fait du Yoga) , et égocentrés ?  Est-ce que le message essentiel  de la pratique même , est perçu ?...

 

24/10/2014

RAMANA MAHARISHI

ramana2_300x400.jpg

                Parti à 17 ans de la maison familiale , pour la ville de TIRUVANNAMALAI , au pied de la montagne d'ARUNACHALA . Il y demeurera plus de 50 années  dans la plus grande simplicité , reconnu comme un grand (maha)  sage (rishi).

         "Si son propre vrai Soi est connu , il n'y a plus de naissance ni mort , mais Etre éternel , Conscience , Béatitude ".

Le sage grec PARMENIDE, écrivait sur l'ETRE :

"Un , continu. Quelle naissance , en effet , lui chercherais-tu ? Par où , de quoi évolué ? Pas non plus de non-existant…Ainsi ne peut-il être qu'absolument ou pas du tout … Car s'il devint , il n'est pas , et pas plus , si un jour doit venir où il sera . 

Ainsi s'éteint la genèse ; ainsi disparaît la mort …"

03/09/2014

KRISHNAMURTI

A méditer ...

10559659_676104745798550_7558604775509465964_n.jpg

 

 

KRISHNAMURTI avait horreur des étiquettes quelles qu' elles soient . Il savait faire la différence entre " identité administrative et culturelle" : indien , musulman  , chrétien , européen , etc  , et la vraie  réalité des  êtres tout simplement : "sans carte d'identité administrative ni culturelle".